jeudi 16 décembre 2010

Le tcm91.com rencontre Monsieur Maire !

Ca devait être publié "MAIRECREDI" mais mieux vaut tard que jamais, voici donc le long entretien avec notre guerrier Didier !

tcm91.com : Bonjour Didier,merci d'accorder au tcm91.com ce petit entretien...! ;-)

Didier, un début de saison assez discret puis une très belle fin de saison avec une belle prestation au clm national par équipe, des belles places et surtout une gagne en costaud à Morangis....une explication ?

Hum, hum !…question intéressante, qui finalement en comporte plusieurs ! Monsieur mtc91.com !
Pour faire court, c’est tout simplement parce que j’ai retrouvé mes socquettes fétiches…d’où l’expression bien connue… ! Voilà ! Ça vous va comme réponse ?
Non, bon ok je développe !

C’est vrai, un début de saison discret, pourtant à la sortie de l’entrainement hivernal je n’étais « pas trop mal » avec mes 1500 bornes au compteur pour la 1ère course. Les 2 premiers week-ends étaient « corrects » pour la période, puis ensuite tout à dérapé, 2 mois de galère, un coup c’est le froid, après la pluie, manque de récupération, bref, quand tu ne marches pas, le moindre truc de travers tu le payes cash !
Les bons copains te disent « maintenant avec les années… » je ne vois vraiment pas ce qu’il s veulent dire par là ! ;-)
En fait, l’analyse est simple, quand tu n’es pas dans le coup dans les courses, tu ne progresses pas et, si tu y associes un entrainement de moyenne qualité, alors rien ne va plus !
Par le passé, je n’ai jamais fait de « spécifique » à l’entrainement, il se faisait naturellement en course, des attaques à répétition, faire la course devant, être dans la bonne, ainsi la forme venait au fil des dimanches.

Puis, arrive le 1er cap important mi-mai, le meilleur souvenir de la saison sur un plan « collectif », pour moi aussi comme pour Oliv’ Pennetier, c’est la course de Yerres, l’émulation était là, les jambes aussi même si j’étais juste pour la fin. Puis dans le coup les 3 week-ends suivants également, mais il me manque du fonds pour faire la différence dans les 10 derniers km.

Ensuite, 1 mois ½ où ça tergiverse entre les hauts et les bas et, bien évidemment, les mauvais choix tactique car je n’ai pas la bonne lecture de la course. Tout cela m’amène à l’aube de vacances, où je fais une belle prestation mais sans y joindre le résultat correspondant car suis trop gourmand...j’ai la rage car je veux bien faire et je n’y arrive pas.
Je m’interroge, arriverais-je à gagner de nouveau ? Ne devrais-je pas descendre de caté ?
Malgré une forte envie, je me dis que gagner de belle façon n’est plus à ma portée, je me mets à imaginer, à rêver de la configuration d’une course idéale, et puis je me dis que c’est impossible quand je vois d’autres coureurs avec de meilleurs résultats, une meilleure préparation et avec 10 / 15 piges de moins que moi, voire davantage.
Du coup je pars en vacances avec cette part de rêve en moi, mais sans plus aucune pression personnelle.

Une fois arrivé au paradis, mais aussi celui des cyclistes, en Corse, je fais mes balades à vélo tous les 2 jours, soit au cours des trois semaines 10 sorties et 27 heures de promenade dans les montagnes. Paysages merveilleux, les senteurs, les couleurs, sous un soleil énergisant, vous font oublier la difficulté, puis retour de la sortie suivi d’un bain de mer…et là c’est le Nirvana !

C’est ainsi qu’à mon retour de congés, bien reposé et probablement en condition, ayant repris une taille de tour de cuisse (hé ouais, je rempli à nouveau mes anciens cuissards et les récents me serrent…) je me retrouve au départ à Morangis, avec une sensation particulière, non descriptible, je suis zen, je n’attends aucun résultat de ma part ! Et bizarrement, suis très concentré dès le début de course. Tout se déroule, peu à peu, tour par tour, à ma convenance, départ rapide, tout le monde bagarre, le vent est présent, une échappée qui se dessine de bonheur, bref cette configuration me plaît et toujours cette concentration qui ne me lâche pas…cela faisait longtemps…
Pour finalement réussir à finir seul avec une avance confortable qui m’a permis de savourer cet instant de bonheur, quelle magie…, surtout quand on repense à tout les moments difficiles de la saison. L’Emotion était belle et bien là !

Pour terminer, le Must, raison de ce p’tit clin d’œil, Merci à mes potes (ceux qui n’avaient pas pris de dossard…) pour leurs encouragements sur le bord de la route, mais aussi, ceux qui étaient dans la course en se croisant sur le circuit… et également pour les sms reçus…
Voila l’essentiel, partager le plaisir de ces bons moments.

Cette explication vous convient-elle Monsieur tcm91.com ? Heu…(mc)2(to91) ;-)

Quels seront tes objectifs l'année prochaine ou justement prendras tu le départ sans pression juste pour le plaisir ?

Justement je ne me suis jamais posé la question en ces termes (peut-être devrais-je)…en fait, des objectifs, je ne crois pas en avoir…où alors peut être de trop, en voulant être présent partout.
Cela étant, la difficulté n’est pas de se fixer des objectifs précis, mais cela réside dans les moyens à mettre en œuvre pour y parvenir (temps pour l’entrainement, la récupération, la vie professionnelle, la vie familiale) et c’est là le hic !
Mon plaisir est de faire la course devant…car le résultat seul (sans ce qui y est associé) m’importe peu.
Donc, pour répondre à votre question M.TC91.com ;-) je cours pour le plaisir.
(Même s’il est vrai, quand je ne suis pas au niveau, je me mets inconsciemment une pression qui, de fait, est négative).
Il me harcèle ce type, ce n’est pas vrai !! Hahaha ! ;-)) Tu vas voir qu’avant la fin de l’interview, il va me suggérer de prendre un coach ! Hihihi

Merci :) tu as deja un peu aborde ce point ds ta première réponse , mais si tu devais retenir un événement de ta saison 2010, un fait de course ou hors course aussi peut être ?

Comme événement 2010…outre celui de Yerres évoqué tout à l’heure (d’ailleurs course où un certain Seb nous a fait un gros numéro ;-)
Je retiens une après-midi à la chasse au Lapin Rose…il parait que le costume de Manu court encore tout seul !!

Quelle va être ta préparation pdt l'inter-saison ?

Vu le temps aujourd’hui…la préparation sera courte !

Plus sérieusement, je vais essayer de maintenir une partie de ma forme de fin de saison, afin de redémarrer plus facilement et rapidement aussi. Mais bon, on ne fait pas toujours ce que l’on veut...
Ok je vous lâche un scoop… j’ai choisi Manu comme Coach, il n’est pas encore au courant… ;-))

Merci dernière série de question a la volée ... Plat préféré ?
Lasagne
Boisson préfèrée ?
A huit ans c’était le jus de pomme… et aujourd’hui le Ti’ punch !
Un film culte ?
Il était une fois la révolution & Les tontons flingueurs
Une actrice ?
Ma fille !
Cycliste préféré ?
Ceux du dimanche matin… parce que c’est du réel !!
Sinon il y a 2 jeunes pros que j’aime bien, Yoann Offredo et plus particulièrement Dimitri Champion, deux coureurs de tempérament (et de l’Essonne en plus).
En grand champion : Merckx
Site internet préféré ?
Sous la contrainte, je dirais…au hasard… tcm91.com ;-)
Un j'aime ?
La vie !
Un j'aime pas ?
Les emmerdes et perdre mon temps !

"MAIRECI" didier ;-)

Une "MAIREVEILLEUSE" victoire en costaud à Morangis en Septembre dernier !



7 commentaires:

team cycliste morangis a dit…

Mon cher Didier.. Je vais faire un commentaire plus court que ton interview en te disant que nous avons mis beaucoup trop de temps à te faire venir au club.. mais maintenant que nous t'avons..on est pas prêt de te lacher..!!
Didier ne change rien..
Merci
Eric

Anonyme a dit…

Il ne porte pas son surnom de Guerrier du TCM pour rien. Malgré les difficultés du début de saison, il ne lache rien, il sait dans son fort intérieur qu'il va revenir et là ils vont le payer cash.... C'est ça un vrai sportif. A méditer pour les jeunes pousses.
Bravo Didier
Frédéric

JL a dit…

descendre de catégorie, vraiment n'importe quoi, on est bien sans toi en 2.
alors entraînes toi, arrêtes de réfléchir et change rien.
amitiés

Anonyme a dit…

Il Mairite ce garçon, plus qu'un guerrier un Monsieur!!
On lui souhaite une belle saison et les 1er ne sont pas prêt de le lâcher, même pas contre un Ti-punch.
Manu

Anonyme a dit…

Que de bonheur et de plaisir à lire tous ces messages, je vais me coucher plein de rêves!!!
Et si je gagnais cette nuit, les bras levés, et la Q.... en l'air.
EuhhhMairede!!
Olivier P.

Anonyme a dit…

Merci d'êtes si généreux avec moi, cela me fait chaud au coeur et j'en ai les yeux qui brillent.

Didier
ps: même pour un punch coco, ne pas vendre Père et Maire...alors là ! ;-)

Anonyme a dit…

c'est vrai qu'elle a la peau dure notre "maireguez"Bon le jeu de mot est pourri...en tout cas j'ai toujours eu beaucoup de respect pour ce que tu fais sur 1 vélo(je te dois le respect car tu es beaucoup plus vieux que moi hihihi...)
nono les grandzoreils